Fermer la publicité

Trois questions à Patrick Morand, directeur des éditions et des formations du CSTB

le 26 septembre 2017 - Propos recuillis par Jacques Donnay - Actualités

Trois questions à Patrick Morand, directeur des éditions et des formations du CSTB

Pour mieux répondre aux besoins des professionnels du secteur, le Centre scientifique et technique du bâtiment invite les éditeurs de logiciels à imaginer de nouvelles modalités d'accès à l'information technico-réglementaire et à son usage. Patrick Morand précise les contours de cette démarche.

Qu’attendez-vous de cet appel à manifestation d’intérêt en direction des éditeurs de logiciels ?

Nous attendons des pistes pour des services innovants. Ces éditeurs de logiciels ont des clients, dont ils accompagnent les besoins en essayant de répondre à leurs attentes. Nous voulons donc échanger avec eux sur les besoins qu’ils pourraient sentir ou voir remonter, afin de travailler ensuite sur cet accès à l’information technico- réglementaire, aussi bien au travers des outils qu’ils proposent déjà que dans les évolutions de ces outils et services. Nous pourrions ainsi faire sortir des pistes de nouveaux produits, de nouveaux services, dans lesquels la réglementation aurait sa place dans un contexte d’activité professionnelle. Car aujourd’hui, la problématique des professionnels est la suivante : comment la réglementation peut-elle être présente dans l’outil que j’utilise pour m’apporter le service qui m’est utile ? Nous voyons bien qu’avec le numérique, il y a de nouvelles opportunités pour répondre à des besoins très opérationnels des professionnels, que ce soit en phase de conception ou de réalisation.

À quelle échéance attendez-vous les retours des éditeurs ?

Au niveau des réponses, nous leur demandons peu de choses puisqu’il s’agit d’un appel à idées à partir d’un ressenti. Cela tient donc sur 4 à 5 pages et nous voulons recevoir leurs retours d’ici un mois. Nous examinerons ces propositions et, ensuite, nous verrons avec leurs porteurs ce que nous pouvons faire ensemble. Au CSTB, nous avons déjà toute la matière technico-réglementaire que nous proposons au travers du Reef, service en ligne sur internet. Mais nous voulons voir s’il n’est pas envisageable de la mettre à disposition des professionnels de façon plus efficace. Nous avons des idées, bien entendu, mais l’objectif de cet appel à manifestation d’intérêt est d’inverser la démarche, de faire remonter les idées du terrain via les éditeurs de logiciels et d’enrichir notre réflexion.

Au final, qu’est-ce que ces nouvelles modalités d’accès à l’information technico-réglementaire vont changer pour les entreprises ?

La réglementation participe à la qualité et à la sécurité des constructions, mais elle est souvent perçue comme quelque chose de lourd et de compliqué à maîtriser et à mettre en oeuvre. Certes, nous avons des outils qui permettent d’accéder à la réglementation mise à jour, ainsi qu’à son usage. Mais les outils que les professionnels utilisent tous les jours sont plutôt des outils de CAO pour les architectes, des outils de calcul et de simulation pour les bureaux d’études, des outils de devis et d’élaboration de pièces écrites pour les entreprises… La réglementation est en arrière-plan pour eux. Mais avec le digital, il est possible de toucher l’ensemble des acteurs beaucoup plus en profondeur. Il faut donc revisiter l’accès à la réglementation. On ne peut plus se contenter de dire que la réglementation existe, y compris sous forme numérique, et que le professionnel peut aller chercher la réponse à sa question en cliquant sur un outil. Il faut en réalité que la réglementation soit accessible naturellement au travers de l’outil que chacun utilise au quotidien, qu’il soit architecte, bureau d’études ou entreprise.





Du même sujet


Journal du Bâtiment et des TP

Hebdomadaire professionnel d’information sur la filière BTP et l’aménagement

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement au Journal du Bâtiment et des TP› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide