Fermer la publicité

Performance énergétique des réseaux urbains

le - - Savoie

Performance énergétique des réseaux urbains
© Bruno Fournier - Les partenaires réunis lors du lancement du projet

Tel est l'objet du projet Interreg lancé entre des laboratoires de l'université Savoie Mont Blanc et de la Suisse voisine, ainsi que des partenaires industriels utilisant des procédés innovants pour les pompes à chaleur.

Le projet «PACs-CAD» (pompes à chaleur à sorption pour le chauffage et le rafraîchissement urbain sur réseaux de chaleur) fédère de nombreux partenaires. Ces procédés n'étant pas encore matures du point de vue industriel, le projet se concentre sur des tests et simulations en laboratoire. Il est principalement mené par trois instituts de recherche : le laboratoire d'énergie solaire et de physique du bâtiment (LESBAT) de la haute école d'ingénieurs et de gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD), membre de la HES-SO, un des partenaires francophones privilégiés de l'USMB ; le Centre de recherches énergétiques et municipales (CREM) à Martigny ; la Fédération de recherche sur l'efficience énergétique des bâtiments (FRESBE) de l'université Savoie Mont Blanc. Cette dernière, en regroupant plusieurs laboratoires, dont le LOCIE et l'IREGE, constitue un excellent support pour ce projet interdisciplinaire associant aussi bien des spécialistes de la technologie étudiée que des économistes de l'énergie.

Côté industriel, sont impliqués dans le projet : l'agence de la Haute-Savoie de IDEX Énergies Rhône-Alpes, qui gère le réseau de chaleur d'Annecy et d'Annemasse ; la société SEVE, filiale de ENGIE réseaux en charge d'exploiter le service de production, le transport, la distribution et la livraison de la chaleur pour la ville de Besançon ; la société d'ingénierie issue de l'INES, spécialisée dans l'accompagnement de projets « bâtiments » et ayant des objectifs énergétiques ambitieux. Du côté institutionnel, les villes d'Annecy et d'Annemasse mettent à disposition les données et mesures provenant de leurs réseaux de chaleur. Le Grand Genève appuie également le projet via les services industriels de la ville.

Le projet a pour ambition de mettre en place de nouvelles briques technologiques pour les réseaux de chauffage, permettant d'utiliser une gamme plus large de producteur de chaleur et en particulier des rejets thermiques industriels ou des énergies renouvelables (solaires, lac, géothermiques, etc.). En développant un concept de pompes à chaleur capables de conditionner la chaleur au bon niveau de température, cette technologie permettra de rendre les sous-stations des réseaux de chaleurs plus efficientes en diminuant les pertes de distribution et les pertes énergétiques.

Ces réseaux offriront ainsi la possibilité d'avoir du stockage de chaleur décentralisée de durée adaptable au besoin des populations. Ce stockage permettra ainsi de lisser les pointes de demande d'eau chaude et donc potentiellement de diminuer de taille les installations de chauffage et de mieux gérer les réseaux en vue d'une diminution des consommations d'énergie fossile et des émissions de gaz à effet de serre.

Le projet « PACs-CAD » est soutenu par le programme européen de coopération transfrontalière Interreg France-Suisse 2014-2020 et bénéficie à ce titre de subventions (463 185 € et 150 000 CHF), ainsi que de financements des cantons suisses et de la conférence romande des délégués à l'énergie.




Charlotte ROBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide