Fermer la publicité

Maison de l'architecture : Au château de Boigne, de Chambéry à Turin

Savoie le 16 mai 2017 - B.F - Savoie

Maison de l'architecture : Au château de Boigne, de Chambéry à Turin
DR - À Chambéry, le château de Boigne aux influences piémontaises

Dans le cadre du jumelage entre la capitale savoyarde et celle du Piémont, l'édifice ouvrira ses portes le 9 mai, lors d'une soirée au cours de laquelle le professeur turinois Carlo Olmo présentera les multiples facettes de sa ville.

Le jumelage Chambéry-Turin célèbre ses soixante ans cette année, ce qui donne lieu à de multiples  manifestations, dont celle organisée par la Maison de l’architecture de la Savoie. Elle aura lieu mardi 9 mai, à partir de 18h30, au château de Boigne, haut lieu historique de la cité des ducs de Savoie, ainsi que le rappellera, en ouverture de la soirée,  Chantal Fernex de Mongex, qui fut longtemps conservatrice des musées de la ville. L’édifice a été bâti au XVIIIe siècle par le général Comte de Boigne, figure légendaire, sur les bases de bâtiments datant des XIVe et XVIIe siècles, dans la lignée des demeures piémontaises de l’époque. Un lien tout trouvé entre Chambéry et Turin, qui furent unies par le passé au sein de la Maison de Savoie. Depuis le 24 février 1982, il fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques sous le nom de « château de Buisson Rond », qui est aussi celui du parc où il se trouve et sa dénomination locale la plus courante. Il dispose d'un vaste salon central entouré de pièces dont la hauteur équivaut à deux étages. L’ensemble étant complété d’une chapelle, ainsi que de deux pavillons.

Une ville peut en cacher une autre…

Cet intérêt architectural constitue une excellente introduction à la conférence prévue pour 19h30, donnée par Carlo Olmo, professeur émérite à l’école polytechnique turinoise, qui a été notamment président de la faculté d’architecture de la capitale piémontaise. Sur le thème «Turin et ses miroirs fêlés », il démontrera comment une ville peut en cacher une autre, nous en présentant les différentes facettes, sa nouvelle dimension de cité des Alpes suite aux transformations stratégiques et politiques depuis les Jeux Olympiques d’hiver de 2006, mais aussi sa riche histoire, de son développement industriel du XIXe siècle à nos jours.
Carlo Olmo, qui enseigne aussi à Paris et donne des conférences à New York, Boston ou encore Mendrisio, a publié plus de 30 livres, dont Le Corbusier et l’Esprit Nouveau, et a dirigé L’Encyclopédie de l’architecture du XXe siècle. Un invité tout indiqué pour la Maison d’architecture de la Savoie, qui poursuit avec bonheur son ouverture au public autour de l’art de la construction et de la recherche de l’harmonie entre le bâti et son environnement.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide