Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Logement social, du nouveau

le - - Isère

Logement social, du nouveau
Elisabeth Laverdant - Collectivités et acteurs du logement social travaillent depuis 2015 sur un plan partenarial

L'agglomération grenobloise compte 14 500 demandeurs et la pression est forte. C'est pourquoi la Métro annonce deux innovations dans le secteur du logement social.

Ils planchent depuis 2015 sur le sujet. Métro, communes, bailleurs sociaux, acteurs du logement social ont œuvré pour proposer un Plan partenarial de gestion de la demande de logement social et d’information des demandeurs. Objectif : permettre à chacun d’accéder à un logement abordable, mais aussi assurer une égalité de traitement entre tous les candidats à l’accession. Les habitants de la Métropole concernés par la question ont également demandé plus de transparence dans le processus d’attribution. « Le premier levier, c’est l’information, mais tout ceci est loin d’être évident », explique Christine Garnier, vice-présidente de la Métro en charge de l’habitat, de la politique foncière et du logement. Alors pour mieux informer les 14 500 demandeurs, celle-ci a mis en place un service d’accueil. 25 lieux de proximité répartis dans 24 communes permettront aux demandeurs d’aller glaner des renseignements et des conseils pour remplir leur demande. Les 25 autres communes de la Métro s’engagent quant à elles à renseigner sur le logement social. « Il faut dispenser une information claire pour le demandeur », insiste Christine Garnier. La démarche des demandeurs est aussi facilitée puisque ceux-ci n’ont qu’un seul dossier à remplir, qui peut être instruit par les différents acteurs du logement social.

Le logement social se réinvente, la manière de se l’approprier aussi

Tel est le principe de la location active, deuxième dispositif présenté. Un levier qui permettrait de lutter contre les refus que peuvent effectuer les demandeurs. Il faut d’abord comprendre que le délai d’attente moyen pour rentrer dans un logement est assez long : 21 mois pour une attribution, 24 mois pour une demande de mutation. « Le délai d’attente est bien trop long alors que la personne doit donner une réponse en quelques jours seulement », déplore Christine Garnier. La location active permet aux demandeurs de consulter des offres sur Internet comme pour de la location privée. Une nouvelle manière de chercher un logement social et qui permet de faciliter les mutations, de limiter le nombre de refus et de faire venir de nouveaux ménages. Le dispositif est expérimenté à Grenoble et à Echirolles. Les premiers résultats montrent que le taux de refus diminue de 20 % lorsque la pré-attribution se fait via la location active.





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide