Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Le cœur de Bourg-en-Bresse a commencé sa mue

le - - Ain

Le cœur de Bourg-en-Bresse a commencé sa mue
© Thierry Baille

Le toilettage en règle de l'avenue Alsace-Lorraine, l'artère centrale de la préfecture de l'Ain, a débuté. Les travaux dureront jusqu'à fin août 2018 pour un coût global de 3,2 M€.

Tout au long de l'avenue Alsace-Lorraine, à Bourg-en-Bresse, les engins de chantier, les barrières et les panneaux de stationnement interdit ont pris possession des lieux. Débutés à l'automne, les travaux de réaménagement de la principale artère du centre burgien dureront pratiquement une année. Le but de l'opération, selon le maire Jean-François Debat, est de répondre aux exigences d'un cœur de ville. À Bourg, comme dans la plupart des communes de France, ce dernier souffre. « Notre avenue n'est plus en adéquation avec les besoins, explique le premier magistrat. Il y a des problèmes de circulation, de manque d'espaces pour les cyclistes et les piétons ».

La restructuration, présentée comme une véritable « métamorphose », se fera en plusieurs étapes. « Les Burgiens entretiennent avec leur avenue un lien viscéral, ajoute l'élu en place depuis 2008. Son aménagement a donc été placé sous le signe de la concertation, et cela depuis novembre 2015. Nous avons commencé par mener une e-concertation pendant deux mois, à laquelle ont participé 672 habitants, commerçants ou usagers. Ils nous ont fait part de leurs remarques, leurs suggestions. Plusieurs scénarios ont été soumis aux commerçants et aux riverains pendant des ateliers, avant une grande réunion publique. Aujourd'hui, les travaux sont lancés et les Burgiens peuvent s'informer en temps réel de leur avancement ». Les informations sont en effet disponibles sur le site internet de la Ville, à la Maison du projet (installée en mairie) ou encore, par exemple, sur les totems implantés aux entrées du chantier.

Secourir le commerce de centre-ville

Les différentes études ont démontré la nécessité d'apaiser les déplacements sur cet axe très fréquenté. « Jusque là, souligne Jean-François Debat, le trafic de transit représentait 50 % des flux de circulation. Pour limiter le nombre de véhicules qui traversent l'avenue sans s'y arrêter, des aménagements vont être réalisés, permettant une meilleure cohabitation de tous les modes de déplacement et la sécurisation de la circulation ». En second lieu, le projet validé par la municipalité vise à renforcer l'attractivité commerciale et améliorer le cadre de vie. Les trottoirs seront élargis pour faciliter la déambulation des chalands. Les terrasses seront confortées, une piste cyclable verra le jour dans le sens montant et, sur une partie de l'avenue, la vitesse sera même limitée à 20 km/h pour calmer les ardeurs des automobilistes !

Le stationnement, véritable serpent de mer et l'une des préoccupations essentielles des acteurs qui font vivre l'avenue Alsace-Lorraine, a également été repensé. Les places vont être redéployées. Sur les 112 existantes aujourd'hui, il n'en restera plus que 92. En revanche, précisent les techniciens soucieux de rassurer, 10 seront créées place Pierre-Goujon et 15 autres sur le terrain de l'ancien Four Bâgé. Autre mini-révolution, une petite trentaine d'arbres sera plantée le long de l'artère, en remontant en direction de la préfecture. « Le végétal gagnera du terrain », se félicite Isabelle Maistre, maire adjoint en charge notamment des travaux et des questions d'environnement, élue sous les couleurs des écologistes. Situé au milieu de l'avenue, le square dédié au fameux astronome Jérôme Lefrançois de Lalande (né en 1732) et inauguré en 1909 sera libéré de sa clôture. Les piétons pourront le traverser où y faire une pause plus facilement. Quant aux enfants, ils auront droit à une nouvelle aire de jeu imaginée en concertation avec les assistantes maternelles et réalisée à partir de matériaux durables. Semi-fermée, elle sera entourée de gradins en béton permettant aux parents d'admirer les exploits de leur progéniture sur les barres à ressort, toboggans et mur d'escalade annoncés.

Embellir le cadre de vie

L'éclairage de l'avenue Alsace-Lorraine passera au LED, permettant d'importantes économies d'énergie. Les lampadaires actuels seront conservés mais modernisés et dotés de lumières complémentaires, afin de valoriser les façades de l'hôtel de ville, de l'hôtel de Bohan et de l'Espace Albert-Camus. Dans le square Lalande, des colonnes illumineront les arbres et les monuments environnants. Le style du mobilier urbain ancien sera conservé avec ses corbeilles à papier, ses bancs, ses potelets et ses stationnements pour deux roues. Côté matériaux, le béton et la pierre de Comblanchien feront bon ménage pour valoriser la nouvelle perspective de l'avenue.

Un traitement spécial a été décidé pour l'ancien hôtel de la Poste inauguré en 1897, transféré en 1964 puis devenu, en 1980, le Centre Albert-Camus que l'on connait aujourd'hui avec sa bibliothèque et l'Office de tourisme (sa nouvelle compétence depuis le 1er janvier 2017). Le site Camus est en cours de restructuration. Deux entrées distinctes sont prévues, l'une d'elles équipée d'un parvis joliment aménagé, doté d'une esplanade d'animations et de gradins. La façade sera restaurée et mise en valeur. Ses espaces extérieurs, vieux de 40 ans, rénovés et mis en accessibilité grâce à l'installation d'ascenseurs. Une médiathèque moderne verra le jour et l'Office de tourisme gagnera de la surface.

Le calendrier des travaux

Débuté à l'automne, le chantier se poursuivra jusqu'à la fin de l'été prochain. Incontournables, les travaux de réseaux se dérouleront pendant l'hiver entre l'avenue Louis-Jourdan et la place de l'Hôtel de Ville. Entre les illuminations du 8 décembre et le 15 janvier, les engins de terrassement seront mis en repos pour cause d'animations de Noël et du Jour de l'An. Les travaux de voirie reprendront ensuite à partir du square Joubert, sur les hauteurs de l'avenue.

Pendant ce temps se poursuivra la restructuration de l'ancien collège Amiot, destiné à accueillir le conservatoire de musique, à rayonnement départemental, ainsi qu'une galerie marchande. La Ville de Bourg-en-Bresse s'est en fait engagée il y a quelques temps déjà dans une vaste opération d'aménagement qui dépasse la simple avenue Alsace-Lorraine. Comme l'expliquait récemment Thiery Moiroux, maire adjoint chargé du commerce et de l'artisanat, « le développement commercial, touristique et économique du centre-ville repose sur quatre piliers bâtis dans la continuité : la rénovation complète de la gare et la création du pôle multimodal, la nouvelle Cité judiciaire construite à la place de l'hôpital Sainte-Madeleine (centre psychothérapique de l'Ain), l'aménagement de l'avenue Alsace-Lorraine et la réhabilitation de l'ancien collège Amiot, rebaptisé Carré Amiot, qui s'achèvera début 2019 à proximité du champ de foire et de ses 2 400 places de stationnement ».

Une navette électrique pour desservir le centre-ville

Pendant les travaux d'aménagement de l'avenue Alsace Lorraine, les bus ne peuvent plus emprunter ce qui était l'un des points d'accès principal au centre-ville de Bourg-en-Bresse. Quatre lignes de transport ont été déviées sur le boulevard Leclerc, qui a été spécialement aménagé avec la création d'une voie réservée aux bus et de deux arrêts. Afin de maintenir une desserte de proximité en cœur de ville, en particulier pour les personnes qui ont le plus de difficulté à se déplacer, la communauté d'agglomération a mis en place, avec son transporteur CarPostal, un service de navettes électriques de 10 h à 18 h et du lundi au samedi, avec un passage toutes les 15 mn entre la gare SNCF et le Carré Amiot, par l'hôtel de ville.





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide