Fermer la publicité

La plus grande friche industrielle de Roanne fait table rase du passé

Loire le 09 mars 2017 - A. V. - Loire

La plus grande friche industrielle de Roanne fait table rase du passé
© DR - Sur quatre hectares, trois resteront à réaffecter

La démolition de la plus grande friche industrielle de la ville, témoin de son histoire textile, laissera en partie place à l'agroalimentaire.

L’autorisation de démolir est intervenue fin décembre. Dès janvier, les pelleteuses et autre engins de démolition ont débuté leur manège sur l’ancien site des Teintures et apprêts de Roanne (TAR). La propriété de l’empire industriel textile Deveaux s’étend sur 4 ha. Il s’agit de la plus grande friche industrielle incrustée dans la ville intra muros, entre le faubourg Clermont, le quartier Mulsant et en limite du centre-ville par la place des Promenades. Les bâtiments sont inoccupés depuis 2012. Le groupe Deveaux a en effet transféré son activité teintures et apprêts à Sevelinges, dans une usine dotée des derniers équipements en termes de traitement de la pollution. Depuis, l’ensemble immobilier continuait à s’acquitter d’un impôt sur la construction (60 000 et 70 000 € par an). Les travaux de dépollution ont d’ores et déjà été réalisés sur une partie du site, qui disposait de neuf puits. Huit à ce jour ont été bouchés, conformément aux dernières normes en vigueur. Plusieurs bâtiments situés à l’arrière du tènement principal ont déjà été détruits.

La réhabilitation de la zone n’est pas encore définie avec précision, hormis une partie positionnée à environ 300 m de la manufacture du chocolatier roannais François Pralus. Le député-maire Yves Nicolin avait évoqué, il y a quelques mois, l’éventualité de la destiner à un programme mixte habitat et activités économiques. Le projet est encore à affiner. Quant à François Pralus, il s’est porté acquéreur d’1 ha longeant la rue Général-Giraud, où se situe déjà son site de fabrication. Il prévoit d’y aménager un quai de chargement et de déchargement, et un bâtiment logistique pourrait y être édifié.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide