Fermer la publicité

Karine Druguet : « Au départ, j'étais la bonniche… Maintenant, je suis cadre ! »

Ain le 08 mars 2017 - Jean-Marc PERRAT - Ain

Karine Druguet : « Au départ, j'étais la bonniche… Maintenant, je suis cadre ! »

Épouse et belle-sœur des patrons, elle est la tour de contrôle de l'entreprise de plâtrerie-peinture Druguet-Frères, à Montrevel-en-Bresse.

« J’ai d’abord passé 15 ans dans les rayons de Leclerc… et puis j’ai intégré l’entreprise de plâtrerie-peinture fondée par mon beau-père Jean-Claude Druguet il y a 46 ans. Depuis 2006, je travaille avec ses deux fils, mon mari Laurent et mon beau-frère Jean-Baptiste. » Karine Druguet se charge de la gestion, de la comptabilité et des ressources humaines de la société sise à Montrevel-en-Bresse. « Au début, j’étais la bonniche ! Et maintenant je suis cadre, assistante de direction, et je fais tout ou presque. Les paies ont été externalisées. Trop lourd avec 20 salariés... »
À 46 ans, Karine veille avec bienveillance sur son petit monde. Et ce ne sont pas les challenges qui l’effraient : « Nous avons recruté deux femmes, la jeune Coline, apprentie en CAP au CFA de Bourg, et Géraldine en peinture. Au début, mes collègues la trouvaient trop lente. Je leur ai dit de patienter… Aujourd’hui, les clients la demandent parce que, question finitions, y’a pas mieux ! »
Au côté de son travail, la quadra cumule les passions. « Après 15 ans de judo, je me suis mise au foot. Et puis avec le boulot et mes deux enfants, j’ai compris la nécessité de prendre le temps. Je suis secrétaire du club de foot de Montrevel, présidente du Groupe Femmes de la fédération de l’Ain du BTP et je fais deux heures d’aquabike chaque semaine. Pas question de rester enfermée ! Grâce au sport, j’ai l’habitude des mecs et, dans nos entreprises, une touche de féminité ne peut pas nuire. Les gars viennent plus facilement me parler. Le plus rigolo, c’est que parmi la centaine d’adhérents du Groupe Femmes, nous avons trois hommes qui font de la gestion. On ne leur a pas encore demandé de mettre une jupe ! »



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide