Fermer la publicité

Chambre de métiers et de l'artisanat UN ACTE DE FOI EN L'AVENIR

le -

Chambre de métiers et de l'artisanat UN ACTE DE FOI EN L'AVENIR
Préfet et élus, entourant le président de la chambre, André Mollard, et la députée, Typhanie Degois, dévoilant la première pierre symbole d'un artisanat voulant aller de l'avant.

La pose de la 1ère pierre du futur siège de la CMA à Savoie-Technolac, symbole d'une volonté de s'inscrire dans l'histoire en se rapprochant des acteurs du XXIe siècle de l'économie du Département.

Une nouvelle étape, en effet, dans l'histoire de l'organisme consulaire qui a connu plusieurs déménagements sur Chambéry, de la rue Jean-Pierre Veyrat en 1933 à la rue Ronde en 1971, en passant par la rue Plaisance en 1956. L'an prochain, elle quittera la cité des Ducs de Savoie, pour intégrer Savoie-Technolac, gagnant en confort et en commodité d'accès pour l'ensemble des artisans comme de ses partenaires.

Un choix qui pourrait paraître paradoxal, à l'heure où l'on prône les économies d'échelle et les regroupements des chambres, mais qu'assume pleinement André Mollard, président de la CMA de la Savoie, et son équipe, forts de 12500 ressortissants et de la spécificité de l'activité artisanale de la Savoie qu'il entend préserver.

Qui plus est, en s'installant au rond-point de l'entrée Jéricho, dans un bâtiment, le Sirius, appelé à devenir une véritable vitrine du parc technologique, bénéficiant des dernières technologies et permettant des conditions optimales d'accueil et de stationnement, la chambre posera les bases d'une nouvelle stratégie visant à répondre à l'ensemble des acteurs économique, des jeunes et du grand public aussi, en proposant « une constellation de projets, d'idées avec une énergie renouvelée autour de l'artisanat ».

Symboliquement, la 1ère pierre a pris la forme d'un antique chasse-roue, qui se trouvait à l'entrée d'une porte de grange en 1789, à Pont-de-Beauvoisin. Retaillé pour l'occasion, il illustre, en quelque sorte, une nouvelle révolution en marche, celle de la chambre de métiers et de l'artisanat de la Savoie, passant de l'ancien au nouveau siège dans une même recherche de qualité de travail. Et, si le coût de la construction s'élève à 4,8 M€, entièrement financé par la CMA, le jeu en vaut la chandelle, aux yeux d'André Mollard, car une modernisation s'imposait.

Il cite d'ailleurs le Premier ministre affirmant, il y a peu, que « nos efforts doivent contribuer à un véritable changement de regard sur les métiers manuels. Nous devons faire en sorte que chacun, collégien, lycéen, parent, enseignant, conseiller d'orientation en filière professionnelle puisse identifier comme un choix positif et non, comme trop souvent aujourd'hui une solution par défaut ».

«En ce qui nous concerne, souligne le président de la CMA, nous ne ménagerons pas notre peine, encouragés comme nous le sommes par la bienveillance de toutes les autorités rassemblées ici aujourd'hui, soutenus par la sympathie et la confiance de tous les artisans, nous sommes certains de mener notre oeuvre à bonne fin et de contribuer ainsi, dans la plus large mesure, au bien du pays tout entier dont l'artisanat est l'une des forces les plus puissantes et les plus saines ».

B.F.




Bruno FOURNIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide