Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Rhône Christophe Bernollin : « C'est un mandat utile ! »

le - - FFB

Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Rhône Christophe Bernollin : « C'est un mandat utile ! »
Christophe Bernollin : « Je suis fier d'être artisan, comme le dit le slogan de la campagne lancée récemment, notamment

Alors qu'approche le terme de son premier mandat d'élu de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Rhône, Christophe Bernollin tire un bilan « plutôt positif ». « J'ai vraiment eu l'impression de servir à quelque chose », confie cet artisan, adhérent de la Fédération BTP Rhône et Métropole.

 

A la tête d’une entreprise artisanale de peinture implantée dans le Beaujolais (Ets Bernollin & Cie ; Saint-Georges-de Reneins ; 7 salariés), Christophe Bernollin est sur le point de finir son premier mandat d’élu de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) du Rhône. Membre du bureau de la CMA du Rhône (liste « Artisans de notre avenir »), référent de l’antenne de Villefranche-sur-Saône, cet artisan est aussi adhérent de la Fédération BTP Rhône et Métropole, au sein de la chambre territoriale du Beaujolais. Interview.

 

Quel bilan faites-vous de cette mandature ?

Christophe Bernollin (Ch. B.) : J’ai le sentiment que nous avons bien travaillé. Nous avons été très présents, très actifs sur tous les champs d’intervention de la Chambre de Métiers. Tous les élus se sont bien impliqués tout au long du mandat.

Quel est votre propre bilan, au terme de ce premier mandat ?

Ch. B. : Un bilan plutôt positif ! Au sein du bureau de la Chambre, nous travaillons sur des sujets concrets, qui sont au cœur des préoccupations des artisans. Nous prenons des décisions qui servent la cause de l’artisanat ; ça avance ! Nous essayons aussi d’être présents sur le terrain. Ainsi, chaque année, sur chacun des quatre secteurs (Givors, Lyon, Tarare, Villefranche), le président de la Chambre de Métiers, le référent du territoire et d’autres élus locaux de la Chambre visitent plusieurs entreprises.

Un exemple d’action concrète ?

Ch. B. : Pour promouvoir l’artisanat, nous avons organisé, avec le concours des organisations professionnelles, dont BTP Rhône et Métropole, la première Biennale européenne de l’Artisanat. Cette Biennale a attiré 20000 visiteurs, dont 1000 scolaires… les artisans de demain. Elle a permis de mettre en avant 68 artisans et apprentis originaires de cinq pays européens. Un tel succès devrait conduire à une seconde édition en 2017.

Avez-vous le sentiment d’avoir été utile ?

Ch. B. : J’ai vraiment eu l’impression de servir à quelque chose, de faire bouger les lignes, de peser sur les décisions qui sont prises et qui concernent les artisans du département. En effet, quand un membre élu de la CMA s’exprime, il est écouté. Il est vrai qu’aujourd’hui, la CMA du Rhône représente 30000 artisans ; ça compte !

Dans quels domaines êtes-vous plus particulièrement intervenu ?

Ch. B. : Outre ma participation aux réunions de travail du bureau ou celles de l’assemblée de la Chambre qui se tiennent tour à tour sur Lyon et les antennes locales de la Chambre, j’essaie de jouer à plein mon rôle de référent de la CMA du Rhône sur le territoire du Beaujolais.

En quoi consiste ce rôle de référent ?

Ch. B. : Avec trois autres élus de la Chambre, j’interviens lors des stages préalables à l’installation, destinés aux nouveaux artisans, qui ont lieu dans notre antenne de Villefranche-sur-Saône. Je participe aux réunions qu’organise le sous-préfet pour faire un tour d’horizon sur l’activité économique. J’interviens aussi auprès des collectivités locales qui développent de nouvelles zones d’activité afin qu’elles prévoient bien de laisser aux entreprises artisanales toute la place qui leur revient.

Quelle autre mission vous a-t-elle apporté satisfaction ?

Ch. B. : Aux côtés des représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Villefranche et du Beaujolais, je siège au sein du bureau et du comité d’agrément d’Initiative Beaujolais, une association qui accorde des prêts d’honneur aux créateurs d’entreprise et aux repreneurs. Jusque-là, peu d’artisans en bénéficiaient ; aujourd’hui, plus de la moitié des aides, en nombre de dossiers et en montant des prêts, profitent aux entreprises artisanales ! C’est un bon résultat, un de plus !

Est-ce qu’un tel bilan vous incite  à faire un deuxième mandat !

Ch. B. : Evidemment. Je serai candidat cet automne sur la liste « Artisans de notre avenir ».

Quelle est votre motivation ?

Ch. B. : Je suis fier d’être artisan, comme le dit le slogan de la campagne lancée récemment, notamment par la Fédération Française du Bâtiment (http://www.fiersdetreartisans.fr/). Il est donc logique que je veuille défendre les couleurs de l’artisanat. Or, je sais par expérience que la Chambre de Métiers et de l’Artisanat agit en ce sens. Voilà pourquoi je souhaite y siéger à nouveau. C’est un mandat utile !

 

 





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide