Fermer la publicité

BTP Rhône : investissement et achat responsable à l'ordre du jour

Rhône le 22 juillet 2016 - Carine BARJON - FFB

BTP Rhône : investissement et achat responsable à l'ordre du jour

Trouver des pistes pour relancer l'investissement, s'engager en faveur du mieux-disant : voici deux des quatre sujets étudiés dans le cadre de l'Assemblée générale de BTP Rhône et Métropole.

 

Le 30 juin dernier à Pommiers, la Fédération  BTP Rhône et Métropole tenait son Assemblée générale 2016 sur le thème « Agir aujourd’hui, préparer demain ». Pour répondre à cet objectif, quatre sujets avaient été mis en exergue pour valoriser la volonté de la Fédération de se saisir des préoccupations des entrepreneurs, des évolutions du marché et de conforter sa place d’acteur majeur sur le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics sur son territoire.

Ces sujets d’actualité réunissaient des témoins clés pour mieux faire comprendre les grands enjeux de la profession sous forme de tables rondes : 1) le groupement d’entreprises et ses avantages pour les entreprises de toutes tailles, 2) les solutions développées par la Fédération en matière d’insertion pour les entreprises et pour les donneurs d’ordre, 3) l’investissement local, et 4) le mieux-disant : l’occasion de signer avec Christophe Guilloteau, Président du Conseil départemental du Rhône, une convention de bonnes pratiques en matière de passation de marchés publics.

Investissement local : comprendre, mesurer, influer

La Fédération BTP Rhône et Métropole est reconnue comme l’interlocuteur incontournable des collectivités et des décideurs locaux grâce à ses constants efforts pour comprendre et mesurer les impératifs de gestion et d’organisation des donneurs d’ordre sur les marchés du BTP.  Elle développe pour les entreprises une vision réaliste de la conjoncture, qui aide les entrepreneurs à prendre les bonnes décisions dans l’adaptation de leur entreprise face à une situation tendue qui s’inscrit dans le temps. Elle sait être force de proposition pour trouver de nouvelles ressources ou pour aider les collectivités à faire mieux avec moins.

Pour cette troisième table ronde, la Fédération avait réuni François Guillon, président de la section « Travaux Publics »  de BTP Rhône et Métropole, et à ce titre, 1er vice-président de la Fédération,  Jérôme Termet, président de la chambre syndicale des Canalisateurs de la Fédération et Elisabeth Blanchet, Directeur du Secteur Public Local Centre-Est au sein de la Banque Postale. Verbatim.

 

François Guillon – Selon les chiffres révélés à l’occasion d’une récente réunion de l’Observatoire de la commande publique, l’investissement, dans le Rhône, a baissé de 35 % en moins de trois ans. Ce qui est lourd à porter, notamment pour les entreprises de Travaux Publics dont l’activité dépend à 70 % de la commande publique. Les Travaux Publics connaissent une traversée du désert.

Notre Fédération réagit à cette situation. Elle se veut être force de proposition, pour chercher de nouvelles ressources de financement notamment. Nous avons un dialogue étroit avec les donneurs d’ordre ; nous pouvons les aider en trouvant des solutions, car aujourd’hui, il faut faire mieux avec moins.

Elisabeth Blanchet – La baisse des investissements est une réalité. Toutefois, cette année, des collectivités locales commencent à reparler d’investissement. Il ne s’agit pas d’un renversement de tendance, mais d’un ralentissement de la baisse. Nous assistons à une prise de conscience de la part des élus : ils commencent à raisonner comme des entrepreneurs, et sont prêts à travailler avec des partenaires. Il faut être optimiste, trouver de nouvelles idées, des pistes transversales.

Jérôme Termet – C’est un travail de longue haleine que celui d’aller à la rencontre des élus, leur porter des messages et leur proposer des solutions. Mais on peut parvenir à des résultats. J’ai ainsi plaidé avec succès auprès de la Direction de l’eau de la Métropole pour qu’elle augmente la part « assainissement » de la facture d’eau pour permettre d’améliorer le taux de renouvèlement des canalisations qui est à ce jour de 0,5 %, soit 200 ans.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide