Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Anne Jeannolin : « Nous attendons toujours un guide d'usage pour les travaux embarqués »

le - - CAPEB

Anne Jeannolin : « Nous attendons toujours un guide d'usage pour les travaux embarqués »

La 1re vice-Présidente de la CAPEB Savoie nous explique les incidences du nouveau décret mis en place le 1er janvier 2017 relatif aux travaux d'isolation thermique en cas de ravalement de façade, réfection de toiture ou aménagement de pièces en vue de les rendre habitables. Un sujet qui tient particulièrement au cœur de cette conjointe associée salariée de l'entreprise Gilbert Jeannolin, basée à La Chambre, en Maurienne, et spécialisée dans la charpente-couverture.

Qu'appelle-t-on les travaux embarqués ?

Applicable au 1er janvier, le décret n°2016-711 du 30 mai 2016 rend obligatoire les travaux d’isolation thermique à l'occasion de gros travaux de rénovation de bâtiments, c’est à dire à partir du moment où les professionnels réalisent plus de 50 % de la couverture ou plus de 50 % de la façade. Il détermine également les conditions pour la mise en œuvre de cette obligation de « travaux embarqués ». Cette nouvelle réglementation impacte donc aussi bien les façadiers que les entreprises de couverture qui, quand elles rentrent dans le cadre imposé par la loi, seront obligés d'appliquer l'isolation selon les normes de la RT existante de 2007, par élément.

Tous les professionnels sont-ils concernés ?

Maîtres d’ouvrages publics et privés, architectes, maîtres d'œuvre, bureaux d'études, particuliers, entreprises et artisans sont concernés par ce décret qui, au départ, ne devait se concentrer que sur l'isolation extérieure, avant d’être étendu à l’intérieur. Aujourd'hui encore, il reste extrêmement complexe et contient énormément de dérogations, tant architecturales qu'économique ou encore relevant de l’urbanisme... À titre d'exemple, les murs en pierre et en pisé ne rentrent pas dans la liste des bâtiments soumis à la nouvelle réglementation, alors que les maisons en béton banché ou en ossature bois en font partie. Cela va être très compliqué de s'y retrouver.

Quels problèmes risque d'entraîner cette réglementation ?

Ils sont de plusieurs ordres. D'une part, il est évident qu'il va y avoir un déséquilibre économique entre les professionnels qui vont respecter ce texte et les autres. D'autant que cette procédure va être très difficilement contrôlable : comment voir et prouver que l’artisan a bien fait son travail ? D'autre part, n'oublions pas que la relance économique est en reprise progressive. Une telle mesure risque, à mon sens, de pénaliser encore plus le marché du bâtiment.

Quelles mesures le gouvernement a-t-il mis en place pour vous simplifier la tâche ?

Il est indiqué qu'un guide d’usage sera mis à disposition pour nous aider à mieux comprendre et appréhender le décret. Mais il n'est jamais sorti et nous n'avons aucune information sur sa date de parution. Cette étape est à mon avis fondamentale. C'est la base, et elle nous permettra de mettre en place des réunions d'informations à la CAPEB pour aider, à notre tour, les professionnels à y voir plus clair. Mais j'encourage dès aujourd'hui les adhérents à se rapprocher de leur CAPEB pour savoir s’ils s'inscrivent ou non dans ce régime.

Ce décret a-t-il un véritable sens à vos yeux ?

Au départ, le décret part d’une excellente idée : que les opérations lourdes de rénovation soient l'occasion de réhabiliter progressivement les anciens bâtiment avec un minimum d’isolation thermique, on ne peut qu’aller dans ce sens. Mais il y a tellement de contraintes ! Sans compter qu’il faut que le surcoût engendré par ces travaux soit rentabilisé en 10 ans, justifié par un calcul à effectuer en amont, que certaines opérations devront être validées par un architecte… Au final, c’est le client qui va payer, et sera-t-il prêt à le faire ? Cela risque en tout cas de créer des freins à sa prise de décision voire même à la réalisation de travaux. Et en cette période de reprise balbutiante, si l’on n’aide pas financièrement les clients, on ne pourra pas arriver à les obliger à faire des travaux supplémentaires.





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide