Fermer la publicité

Actis, l'atout habitat de Grenoble Alpes Métropole

le - - Isère

Actis, l'atout habitat de Grenoble Alpes Métropole
© Elisabeth Laverdant - Actis est engagé depuis longtemps pour la performance énergétique des bâtiments

Avec un parc de plus de 12 200 logements, une implantation sur 21 communes et 40 résidences, le bailleur social impose résolument sa marque sur le territoire.

Son rattachement à Grenoble Alpes Métropole au 1er janvier conforte cette position et en fait un partenaire de choix pour les actions menées par la Métro. Le bailleur social, qui a livré 135 logements sociaux en 2016, propose des habitats toujours plus économes et performants sur le plan énergétique. Une démarche qui accompagne celle engagée par la Métro pour la transition énergétique. « Actis est précurseur, notamment au niveau de l’efficacité thermique et de la réhabilitation », assure Eric Piolle, président d’Actis et maire de Grenoble.

Il y a quelques années, le bailleur social s’est lancé dans un programme de réhabilitation de ses logements. « La qualité de ces réhabilitations permet d’avoir une meilleure performance que des bâtiments qui ont entre 5 et 6 ans », précise le maire. « Actis est le premier bailleur de la Métro. Il est important pour nous d’avoir un partenaire privilégié pour nos actions », souligne Christine Garnier, vice-présidente de la Métro pour l’habitat, le logement et la politique foncière. Le bailleur social utilise en effet des matériaux innovants. Le projet Haut Bois, qui doit démarrer en 2017, en est l’exemple. Avec une structure entièrement en bois, le bâtiment sera passif au niveau de sa consommation énergétique. Autre point fort du bailleur social : la gestion de la proximité. « C’est une des caractéristiques d’Actis », rappelle Eric Piolle. « Nous cherchons à développer une qualité de service exemplaire », argue pour sa part Stéphane Duport-Rosand, directeur général d’Actis.

La société accompagne notamment les personnes en situation difficile, notamment lorsqu’elles sont confrontées à des expulsions. Le bailleur social en dénombre 22 en 2016, sur un parc de plus de 12 000 logements. Une proportion exceptionnelle expliquée par Stéphane Duport-Rosand : « Nous avons des conseillers dans l’économique et le social qui travaillent sur la gestion des impayés. Nous y sommes très vigilants, ce qui implique un important travail d’anticipation ».




Charlotte ROBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide