Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

3 questions à Noémi Petit, directrice des salons Paysalia et Rocalia

le - - Actualités

3 questions à Noémi Petit, directrice des salons Paysalia et Rocalia
© Paysalia

Du 5 au 7 décembre fleurira la 5e édition de Paysalia à Eurexpo-Lyon. Noémi Petit présente cet événement biennal devenu leader des salons professionnels du paysage, qui se couple pour la première fois avec Rocalia, un nouvel espace entièrement dédié à la pierre naturelle.

Paysalia attend cette année quelque 18 000 visiteurs. Comment expliquer le succès du salon ?

En premier lieu, c'est un salon voulu par les professionnels et pour les professionnels, coproduit avec l'Union nationale des entreprises du paysage (Unep) et soutenu par les organisations professionnelles. C'est une donnée essentielle, car ce sont eux qui vont établir le cahier des charges. Ensuite, c'est une période de l'année favorable à la mobilisation des professionnels, les jardiniers étant plus disponibles qu'à l'ordinaire. Enfin, il s'agit du seul salon véritablement généraliste de la filière. On y retrouve autant de minéral que de végétal, autant de matériels que de matériaux… 660 exposants sont enregistrés, parmi lesquels beaucoup d'entreprises du paysage (de la conception jusqu'à l'entretien) et de collectivités.

Que nous réserve l'édition 2017 ?

Nous présenterons soixante nouveautés, dont certaines sont primées. Il y a par exemple un nouveau système pour la pyrale du buis développé par Bioline AgroSciences France, le Dalhia Pollen Connect mis au point par Nova-Flore, une batterie lithium de chez Pellenc pour favoriser le bien-être et la performance (gros sujet du moment chez les professionnels des espaces verts). Mais aussi une armoire de séchage, un « mur jardin » qui propose une nouvelle façon de végétaliser les façades verticales, une gamme de terreaux sans tourbe… Tout au long du salon seront aussi organisées des conférences portant sur la biodiversité, l'arrosage ou encore les achats de proximité (une vingtaine au total). Sans oublier le concours du Carré des Jardiniers, qui a pour thématique 2017 « Les bons soins du docteur Jardin », afin de rappeler que l'on se sent mieux quand on est entouré de verdure. Le maître jardinier, c'est un peu le sel de la vie, il fait en sorte qu'un univers soit agréable à vivre, à voir, à sentir… On se rend d'ailleurs compte que les collectivités investissent de plus en plus dans les espaces verts et leur entretien, en moyenne 5 M€ par an et par grande ville.

En parallèle de Paysalia sera organisé le salon Rocalia, dont c'est la première édition. Pourquoi s'est-il avéré nécessaire de le mettre en place ?

Comme pour Paysalia, la démarche de Rocalia est venue des professionnels de la pierre. Ces derniers n'avaient toujours pas de salon, alors que la France est pourtant loin d'être dépourvue en carrières (500 environ), de très bonne qualité et protégées. D'autant que la pierre naturelle possède de grandes propriétés environnementales : c'est un excellent isolant thermique, elle ne produit pas de déchet, tout en étant esthétiquement très belle. Seul problème, la pierre est très mal distribuée. Il nous a donc paru logique de l'associer au paysage, avec lequel il se révèle parfaitement compatible. Tout comme lui, il intéresse les acteurs de la rénovation du patrimoine, les maîtres d'œuvres, les architectes… Pour la première édition de ce salon à part entière, nous attendons 130 exposants issus de métiers très divers, du matériel d'extraction aux pavés, en passant par les EPI ou le traitement des sols.





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide