Départements

Mercredi 18 avril 2012 à 13h04

Savoie - Fusion - Pour envisager la montagne de demain

Les présidents de France neige et du cluster, Xavier Dullin et Xavier Gallot-Lavallée, en compagnie de Benoit Robert (directeur) et de Nathalie Saint-Marcel (directrice adjointe) ont officialisé la fusion de leur deux structures

  • Les présidents de France neige et du cluster, Xavier Dullin et Xavier Gallot-Lavallée, en compagnie de Benoit Robert (directeur) et de Nathalie Saint-Marcel (directrice adjointe) ont officialisé la fusion de leur deux structures Grande illustration actu

France neige international et le cluster des industries de la montagne (CIM) fusionnent pour créer une seule entité, basée à, favorisant les savoir-faire des entreprises liées à l’aménagement et du développement des massifs.

Certes, les deux structures existantes jouaient déjà un rôle complémentaire au profit des entreprises de la filière mais cette fusion va leur permettre d’aller beaucoup plus loin, constituant en cela un véritable évènement économique. D’un côté, France neige international (créée en 1984 à l’initiative de la Région Rhône-Alpes et d’institutionnels) avec Xavier Dullin qui assurait la promotion à l’étranger des savoir-faire unanimement reconnus des entreprises françaises. Elle réunissait 50 entreprises adhérentes. De création plus récente (2006), lancé également à l’initiative de la région Rhône, avec le support technique de la CCIT de Savoie, le cluster des industries de la montagne fédérait la filière, l’animait et mobilisait ses compétences sur l’accompagnement du développement des acteurs à l’international comme en termes d’innovation, performance et de formation, avec pas moins de 140 entreprises. Qui plus est, les deux avaient mis en place différentes passerelles de travail et d’échanges. Alors, logiquement, la décision de fusionner s’imposa, se concrétisant en l’espace de six mois.
A la clé, la création d’une structure, unique, le cluster montagne, dont l’ambition est de mettre en place un portail unique d’accès aux savoir-faire industriels français dans l’aménagement et de développement. Des savoir-faire largement reconnus à travers le monde.

Optimiser les coûts

Dès lors, le but est de transférer la compétence et le « pouvoir » aux entreprises, d’optimiser les coûts de fonctionnement et les actions à objectifs constants, de les démultiplier en balayant la totalité des besoins de la filière (de la conception du projet jusqu’à son exploitation, la veille économique, la formation…). Dans l’histoire, il s’agit d’impliquer aussi bien les TPE que les grands groupes, partenaires institutionnels, centres de formation et les laboratoires de recherche.
Là réside l’intérêt de ce rapprochement qui entraînera la mise sur le marché plus rapide de ces petites entreprises et une dynamique forte pour le secteur et pour l’emploi, sachant que c’est avant tout l’innovation qui devrait permettre le renouvellement des compétences de la filière.
Cette démarche est avant-gardiste en France et semble devoir présenter à l’exportation, un facteur de forte différenciation par rapport à la concurrence. Avec aussi des partenariats avec le secteur de l’équipement de la personne pour les pratiques sportives, au travers de partenariats forts avec le Cluster Sporaltec et l’association Outdoor Sports Valley. Cette nouvelle force de frappe de la filière montagne française été officiellement lancée par les deux Présidents des structures « fusionnées ». La nouvelle entité pourra compter sur une équipe réunie de 7 salariés, issus des deux structures, réunie dans de nouveaux locaux, à Françin, sur Alpespace , une zone d’activités déjà largement dédiée à la filière. Il ne restera plus qu’à transformer l’essai pour envisager la montagne de demain avec le maximum d’atouts.

B.F

VN:F [1.8.4_1055]

Notez cet article

Réagissez

Laissez des commentaires via le formulaire ci-dessous

Réagir à cet article

Abonnement

Papier

Pdf

Sondage

Que pensez-vous du nouveau site du Journal de Bâtiment?

Voir les résultats
Chargement ... Chargement ...